Mouscron: la fresque réalisée par les jeunes est déjà souillée

Le week-end des 19 et 20 septembre, plusieurs jeunes avaient rendu un peu de couleur à un mur du parc du Chalet qui en avait bien besoin. Leurs dessins n’ont toutefois pas fait long feu. Lundi, on a découvert que le mur avait été vandalisé.

Encore cet affreux tag « Cirdec » accompagné d’un fantôme, c’est le triste spectacle qui est désormais proposé aux habitués du parc du Chalet.
Encore cet affreux tag « Cirdec » accompagné d’un fantôme, c’est le triste spectacle qui est désormais proposé aux habitués du parc du Chalet.

À l’initiative de l’asbl « Picardie Laïque », en collaboration avec les maisons de jeunes « La Ruche » et « La Frégate », des jeunes avaient pris part à un atelier « graffitis ».

L’objectif était sympa, puisqu’il s’agissait de réaliser une fresque colorée de près de 25 mètres de long sur le mur du parc du Chalet, à la Châtellenie. Couvert de tags et de vulgarités en tout genre, le mur en question avait bien besoin d’un coup de fraîcheur.

Après avoir travaillé sur quelques ébauches en compagnie de Colin, un pro du graffiti, les jeunes âgés de 12 à 16 ans s’étaient attaqués au mur, bombe de peinture en main et sourire aux lèvres, selon le thème « nature et ville ».

Avec ses fruits et légumes rigolos d’un côté, des dessins plus « urbains » de l’autre, le résultat était chouette. Les habitués du parc du Chalet étaient d’ailleurs ravis de ce changement de décor agréable.

«  Tout ce que nous espérons, c’est que le mur ne soit pas recouvert d’autres graffitis trop vite  », nous avaient confié, presque en plaisantant, Elaine Deroose et Charles Braye, les animateurs de maisons de jeunes encadrant l’opération.

Malheureusement, une semaine, c’est tout ce qu’il a fallu aux vandales pour venir anéantir plusieurs heures de boulot réalisées par les jeunes. Constatées par une voisine lundi, les dégradations ont certainement été commises au cours du week-end écoulé.

Sur place, le spectacle est pitoyable et fait mal aux yeux comme au cœur. La poubelle située à l’entrée du parc, qui avait été colorée, a été souillée par d’affreuses coulées noires.

Quant au mur en lui-même, il n’y a pas de doute, on l’a dégradé pour le plaisir. À plusieurs endroits, ce sont en effet de bêtes traits de peinture blanche, certainement réalisés à l’aide d’un rouleau à peinture, qui recouvrent les dessins réalisés par les jeunes.

Et au milieu de tout ça, on retrouve, aux côtés d’un fantôme, un tag bien connu, celui de « Cirdec », ce graffeur fou dont on aperçoit la griffe un peu partout dans la ville. Depuis notre article consacré à ce triste sire, le pollueur ne semble en tout cas pas encore avoir pris des cours de dessin, ses tags sont toujours aussi hideux.

Du côté de ceux qui ont travaillé sur le projet, c’est évidemment la désolation. «  Nous sommes déçus, c’est un manque de respect total. Si un artiste était venu y ajouter son blaze, ça n’aurait pas posé de problème. Mais là, on a bêtement dégradé les dessins des jeunes. Qu’est-ce que c’est moche en plus !  », s’exclame Elaine Deroose, animatrice à « La Frégate ». Si le projet initial était de recouvrir les affrosités découvertes lundi, la surface à cacher semble finalement bien trop importante. Le mur devrait donc rester dans ce triste état. Merci messieurs les vandales…

Source : N.RZ – Nord Eclair