La Frégate à l’heure de « l’urban déco »

 

  • source: lavenir.net
  • Barbara HERPOEL

 

Tout un art…

Un courant artistique envahit la cité mouscronnoise. De l’extérieur de La Frégate, on en découvre les premiers signes : un mur entièrement peint d’une couleur rouge vive qui attend d’être habillé de 7 panneaux colorés. 7? Un pour chaque lettre de F-R-E-G-A-T-E…

L’art urbain, (ici nommé Urban Déco) est un mouvement artistique contemporain qui regroupe toutes les formes d’art réalisées dans la rue ou dans des endroits publics. Il englobe diverses techniques telles que le graffiti, le pochoir, la mosaïque, les stickers, l’affichage voire le «yarn bombing». Durant deux semaines, La Frégate s’est ainsi plongée dans cette vague avec l’espoir de dévoiler de nouveaux artistes.

On plante d’abord le décor

«Avant de se lancer dans la technique proprement dite, nous avons assisté à deux séances d’information pour ensuite visiter l’exposition’’Au-delà du street art’’ à Paris. Je pense qu’il est important de d’abord se familiariser avec la matière avant de démarrer la création. Toutes les techniques ont ensuite été étudiées : pochoir,’’yarn bombing’’ (consiste à recouvrir le mobilier urbain de tricot),’’tape art’’ (création d’œuvre à l’aide de ruban adhésif), le détournement (réalisation d’une nouvelle image à partir d’un panneau existant)…», énumère Elaine, animatrice de la Maison de jeunes.

Toute l’utilité d’un bouquin

Non loin de ces artistes en herbe, l’on troque le pinceau pour la plume. En partenariat avec la Bibliothèque de Mouscron, les jeunes (de 8 à 12 ans) se lancent dans la réalisation d’un ouvrage personnalisé et apprennent à développer les différentes techniques d’impression : tampons encreurs, monotype, sérigraphie… En fin de stage, chacun repartira avec un support sous forme d’accordéon.

«L’apprentissage de la lecture est indirect. Les livres nous servent d’outils dans nos ateliers : comment réaliser un pochoir, portrait d’un artiste… Ils sont parcourus ensemble et restent à disposition pour s’en inspirer. Une manière de leur faire découvrir naturellement l’utilité d’un bouquin », explique Julie Liados, animatrice.

Bilan de ces vacances de printemps? «En parallèle à ce nouvel atelier, le camp nature a également remporté un franc succès », ajoute Elaine. Vingt-quatre enfants, de 7 à 12 ans, sont allés à la découverte des sentiers du domaine de Chevetogne, sa faune, sa flore et ses trésors cachés.

Et pour ceux qui auraient manqué l’appel, La Frégate propose, en association avec d’autres Maisons de jeunes de la région, un «Wapicyclette» : un circuit en étapes à la découverte des structures voisines. Départ prévu le 1er  juillet.

 

PID_$365314$_f9f31c02-a4cf-11e2-b013-2c72aa4d3473_original[1]

Frégate’s got (jeunes) talents au Marius Staquet de Mouscron

Pour cette septième édition de la finale du concours international des jeunes talents, le principe reste le même : promouvoir la culture de tout horizon et donner une chance à des jeunes groupes de se produire sur scène.

À la présentation, on retrouve le sympathique et humoristique Frédéric Admont, organisateur et animateur à la MJ «La Frégate ». Cette année, il a décidé de remettre les talents de la MJ à l’honneur. Fini la présence de guest star telle Elliot, place aux produits locaux avec les jeunes des ateliers clowns et danse. «J’ai voulu changer de cap, explique Fred. Je me suis fait la réflexion que des talents, nous en possédions beaucoup dans nos ateliers et c’était une belle occasion de les mettre en avant. En plus, vous avez pu remarquer qu’ils étaient vraiment bons et à l’aise sur scène (alors que les participants à l’atelier clown n’ont qu’entre 7 et 12 ans). J’ai pris le risque de ne pas inviter une star. Cela a ramené moins de monde mais, au moins, je suis sûr que les 160 personnes présentes ce soir sont là pour admirer le show et pas juste pour un guest ».

L’international porte bien son nom

Dans le nom du concours, le mot international revêt une grande importance. En effet, au niveau des candidats, nous retrouvons des Parisiens, des gens du Nord, de Bruxelles. Petite déception, une seule Mouscronnoise (d’origine normande) représentait la cité hurlue. «Je ne parlerai pas de déception, enchaîne l’organisateur. Cela prouve que notre concours jouit d’une belle popularité, notamment sur le net. Puis, le niveau était très élevé cette année. Mais je suis heureux que Soni D représente la ville. Elle est, avant tout, là pour son talent, pas pour son origine ».

Un spectacle grandiose

Dès 19h30, les talents se sont enchaînés sur scène pour leur numéro de cinq minutes. Tous les goûts étaient représentés avec de la chanson, de la danse ou encore de l’humour.

Même si chacun a fait preuve de grands talents, quelques numéros sortaient vraiment du lot. Les benjamins du spectacle «Esteban et Diego », âgés d’à peine 12 et 16 ans, ont fait vibrer la salle sous leurs airs latinos. Dans un autre milieu, l’humoriste Loïk-Maël Nys a prouvé tout son talent et sa décontraction sur scène, se permettant même de jouer avec le public au gré de ses vannes. Enfin, petit cocorico à la seule locale, Soni D qui a proposé un numéro qui sort de l’ordinaire. Armés de sa voix et d’une simple pédale (qui permet de lancer des boucles de voix et autres sons), la Mouscronnoise a tenu la dragée haute pendant cinq minutes sans musicos mais grâce à sa voix suave.

Face à cette abondance de talents, le jury n’a pas eu la tâche facile. Il fallait pourtant bien définir un vainqueur dans chaque catégorie : chant, danse et art de la scène. Dans la première, c’est Agathe qui s’est imposée. Au niveau de la danse, le collectif parisien Jahdidoum a remporté les suffrages. Enfin, du côté des arts de la scène, Loïk-Maël Nys s’est imposé sans surprise tant sa prestation avait ravi le public. Chacun a reçu de M. Franceus un chèque de 500 € pour les pousser à continuer leur passion.

Pour les autres, la joie d’être présent sur scène a atténué la déception de la défaite. Une nouvelle chance leur sera offerte en 2014!

 

  • Arnaud smars

Finale concours Jeunes Talents 2012

Le samedi 24 novembre dès 19h ! Rendez-vous au Centre Culturel de Mouscron pour découvrir nos 12 talents sélectionnés.

Les candidates sélectionnés sont : Agathe, Elise, Jahdidoum, Diego & Esteban, Hugues et Soraya, Lil Rime, Los Plantos, Contre-Tendance, Soni D., Loïk Maël Nis, Temps Danse et Julia Volk.

Durant la soirée, intervention des clowns de l’atelier clownesque se déroulant à la Frégate et prestation du groupe de danse de la Ruche mais aussi, casse-croute disponible par les jeunes du Projet Jeunes.

Les préventes de 5€ sont disponibles à la Frégate et au Centre Culturel de Mouscron. Sur place, 8 €. 

JEUNES TALENTS, aussi sur Facebook !

ACCUEIL


From ACCUEIL, posted by Mj la Frégate on 10/17/2012 (30 items)

Generated by Facebook Photo Fetcher 2

(ACCUEIL)

Halloween


From Halloween, posted by Mj la Frégate on 10/31/2012 (170 items)

Generated by Facebook Photo Fetcher 2

(Halloween)

Le train-train au quotidien pour la Frégate

Chaque été, depuis cinq ans maintenant, les responsables de la maison de jeunes La Frégate insèrent la «Semaine train-train» dans leur programme. Un concept original qui permet de rallier divers lieux d’excursion en utilisant le transport sur rails. «Cette semaine est accessible pour les enfants entre 7 et 12 ans, précise Fred Admont, coordinateur de La Frégate. Chaque année, nous essayons de diversifier les destinations pour permettre à ceux qui reviennent de ne pas se lasser. De jour en jour, nous voulons aussi varier entre des endroits plus culturels et d’autres plus dédiés aux loisirs

Pour ce cinquième volet de l’opération, qui s’est déroulée la semaine dernière, une délégation de 58 enfants et un encadrement de 8 adultes se sont retrouvés tous les matins sur le quai de la gare de Mouscron.

Le premier jour, le train les a d’abord emmenés vers le Bois des Rêves, un domaine provincial proche d’Ottignies. Place ensuite à une journée du côté de Jungle City, à Tournai, ou encore à une visite du Musée des Sciences Naturelles de Bruxelles. Jeudi, ce n’est pas le train, mais bien le métro que la délégation a pris en direction du zoo de Lille. L’après-midi étant ensuite consacrée à une séance cinéma. Enfin, vendredi, la «Semaine train-train» s’est clôturée à la côte, avec les attractions de Boudewijn Park, à Bruges.

Moins cher et stressant

Au lancement du projet, le train a été choisi par La Frégate avant tout pour une raison économique. «On pourrait partir en bus, mais je pense que cela reviendrait plus cher, détaille Fred Admont. Avec le train, nous pouvons prendre différents tickets, comme des key card, qui nous offrent des réductions. L’objectif est que chaque déplacement de la semaine revienne en moyenne à une dizaine d’euros par enfants.»

S’il offre un avantage financier, le train procure aussi une certaine nervosité aux organisateurs. «Il est vrai que c’est parfois stressant, admet Fred. Nous devons de temps à autre changer de train au milieu du parcours et il faut alors veiller, en plus de se dépêcher, à ne perdre personne. Pour limiter les risques, nous divisons le grand groupe en sept plus petits. Cela permet un comptage plus facile. Les enfants portent aussi, autour du cou, une carte de couleur qui reprend quelques renseignements. L’inconvénient du train est de parfois devoir faire face à un certain retard

La formule semble en tout cas plaire aux enfants qui y participent. D’année en année, les mêmes têtes reviennent. «Outre des foyers qui nous confient leurs jeunes, nous emmenons aussi des enfants habitués à l’univers de La Frégate. D’autres ne nous rejoignent que pour cette semaine d’excursions

 

  • Source: lavenir
  • Maxence DESUTTER