Participe !

CJ = CONSEIL DES JEUNES 

Tous les deux mois, nous vous donnons l’occasion de vous exprimer via le conseil des jeunes : le prochain se déroule le mercredi 24 avril à 18h00. 

Une occasion pour vous de revenir sur certaines choses que vous avez trouvées intéressantes et d’autres moins. Vous pouvez exposer vos nouvelles idées pour la maison de jeunes : déco, activités, organisation de l’accueil, vente du mini bar, horaires, ateliers, … 

Vous avez la parole ! 

 SLIDE

 

Coup dur pour le « Hurlus Glide Rock »

Sur le parking Centre de la rue du Christ, à l’écart de la foule présente à la Grand-Place et ses alentours, la Maison de jeunes «La Frégate» organisait la quatrième édition de son festival «Hurlus Glide Rock». Au programme : deux jours de musique, des artistes aux styles différents et des univers décalés.

Deux scènes plutôt qu’une

Cette année, deux scènes avaient été installées pour permettre au public de ne jamais se retrouver «à court de musique». Elaine Deroose, animatrice à «La Frégate», explique : «Le fait de disposer de deux scènes nous permet d’enchaîner plus facilement entre les groupes. Nous pouvons installer et démonter le matériel pendant qu’un autre artiste se produit. »

Autre nouveauté, le festival n’a pas accueilli de groupe de la Maison de jeunes lors de cette édition. Elaine apporte quelques précisions : «D’habitude, nous aimons que les groupes de La Frégate montent sur scène. Cette année, c’est différent car nos membres ne sont pas prêts à assurer un show entier. Il serait difficile de devoir changer après chaque phase de jeu. Nous nous sommes donc tournés vers l’extérieur en privilégiant tout de même des groupes de la région ».

Bagarres à coups de couteau

L’objectif de la Maison de jeunes, grâce à ce week-end, est de sortir de la tranche d’âge des 12 – 26 ans. Avec un festival gratuit, où l’ambiance rock se mélange à la soul-funk ou encore à des groupes plus éclectiques, «La Frégate» disposait des moyens nécessaires pour assurer deux jours de musique de nature à satisfaire le grand public.

Malheureusement pour les organisateurs, artistes et bénévoles qui avaient mis leur motivation au service de ce projet, la soirée de samedi a été fortement perturbée suite à une altercation avec bagarres à coups de poing et de couteau…

Les organisateurs confient : «La police est intervenue rapidement. Les échauffourées ont encore duré lorsque les agents étaient sur place. Heureusement, il n’y a pas de blessé. Mais nous avons tout de même pris la décision d’annuler le deuxième jour du festival afin de garantir la sécurité des spectateurs. Nous nous en excusons auprès de tous : artistes, bénévoles et public. »

La décision prise par «La Frégate» met évidence le sérieux de la Maison de jeunes et son sens des responsabilités, avec son souhait de maintenir avant tout la bonne ambiance à laquelle son public est habitué.

Les organisateurs ajoutent d’ailleurs : «La situation est triste. Nous nous sommes tous beaucoup investis dans ce week-end. Mais nous nous rattraperons. Nous trouverons une solution pour rebondir sur ce malheureux événement. »

Et indirectement ainsi battre en brèche la bêtise de certaines personnes.

  • Source: lavenir
  • Mickaël MATHIS

FORMATION ‘REGIE-SON’

 

Dans le cadre du Festival Hurlus Glide Rock #4, se déroulant à Mouscron les 6 et 7 octobre, Gaw ! Recordings et la Frégate proposent une formation pour débutants à la régie son.

Cette formation se déroulera le samedi 22 septembre de 13h à 17h.  L’objectif de la formation, encadrée par deux ingénieurs son qualifiés, est de se familiariser avec des notions de bases nécessaires à la gestion technique d’un concert ( connectiques et câblages, standards micros, analyse d’une console, chainage de montage, etc). Celle-ci se concrétisera et se finira lors du Festival Hurlus Glide Rock #4 durant lequel chaque participant à la formation aura l’opportunité de s’exercer dans des conditions réelles en tant que bénévole, la formation étant gratuite.

Merci de bien vouloir confirmer votre présence avant le vendredi 21 septembre par mail : elaine@mjlafregate.be ou par tel. 056 33 39 07.

Le train-train au quotidien pour la Frégate

Chaque été, depuis cinq ans maintenant, les responsables de la maison de jeunes La Frégate insèrent la «Semaine train-train» dans leur programme. Un concept original qui permet de rallier divers lieux d’excursion en utilisant le transport sur rails. «Cette semaine est accessible pour les enfants entre 7 et 12 ans, précise Fred Admont, coordinateur de La Frégate. Chaque année, nous essayons de diversifier les destinations pour permettre à ceux qui reviennent de ne pas se lasser. De jour en jour, nous voulons aussi varier entre des endroits plus culturels et d’autres plus dédiés aux loisirs

Pour ce cinquième volet de l’opération, qui s’est déroulée la semaine dernière, une délégation de 58 enfants et un encadrement de 8 adultes se sont retrouvés tous les matins sur le quai de la gare de Mouscron.

Le premier jour, le train les a d’abord emmenés vers le Bois des Rêves, un domaine provincial proche d’Ottignies. Place ensuite à une journée du côté de Jungle City, à Tournai, ou encore à une visite du Musée des Sciences Naturelles de Bruxelles. Jeudi, ce n’est pas le train, mais bien le métro que la délégation a pris en direction du zoo de Lille. L’après-midi étant ensuite consacrée à une séance cinéma. Enfin, vendredi, la «Semaine train-train» s’est clôturée à la côte, avec les attractions de Boudewijn Park, à Bruges.

Moins cher et stressant

Au lancement du projet, le train a été choisi par La Frégate avant tout pour une raison économique. «On pourrait partir en bus, mais je pense que cela reviendrait plus cher, détaille Fred Admont. Avec le train, nous pouvons prendre différents tickets, comme des key card, qui nous offrent des réductions. L’objectif est que chaque déplacement de la semaine revienne en moyenne à une dizaine d’euros par enfants.»

S’il offre un avantage financier, le train procure aussi une certaine nervosité aux organisateurs. «Il est vrai que c’est parfois stressant, admet Fred. Nous devons de temps à autre changer de train au milieu du parcours et il faut alors veiller, en plus de se dépêcher, à ne perdre personne. Pour limiter les risques, nous divisons le grand groupe en sept plus petits. Cela permet un comptage plus facile. Les enfants portent aussi, autour du cou, une carte de couleur qui reprend quelques renseignements. L’inconvénient du train est de parfois devoir faire face à un certain retard

La formule semble en tout cas plaire aux enfants qui y participent. D’année en année, les mêmes têtes reviennent. «Outre des foyers qui nous confient leurs jeunes, nous emmenons aussi des enfants habitués à l’univers de La Frégate. D’autres ne nous rejoignent que pour cette semaine d’excursions

 

  • Source: lavenir
  • Maxence DESUTTER

Un jeu de société made in Frégate

«Monopoly Frégate», c’est ainsi que les enfants, qui ont participé au stage «Crée ton jeu», ont choisi de nommer le jeu de société qu’ils ont inventé. Un jeu qui, comme son appellation l’indique, s’inspire d’un célèbre plateau où l’on réalise des opérations immobilières…

«L’objectif est d’acquérir le quartier du Nouveau-Monde et de bien gérer son argent, précise Alexis Maus, animateur à la Frégate. Pour ce faire, le premier jour, nous sommes partis en reportage photo afin de trouver les commerces et bâtiments qui allaient garnir notre jeu. Les photos ont ensuite été collées sur des boîtes, que les joueurs reçoivent à l’achat de tel ou tel endroit

On y retrouve aussi une base de Jeu de l’oie et de la culture générale, avec diverses questions. «Elles portent à la fois sur le quartier, sur la Frégate ou sur le code de la route, détaille Alexis.Pour obtenir les réponses, les enfants se sont servis de leurs observations, se sont renseignés auprès du personnel de la maison de jeunes et ont suivi une journée prévention routière.»

L’animateur insiste aussi sur le fait que ce sont vraiment les enfants qui ont orienté l’issue finale du projet. «Ils ont tout fait de a à z. Du plateau de jeu aux questions, en passant par les règles ou le choix du nom. Au départ, nous avons pris les différentes idées via une sorte de brainstorming et tout a été voté ensuite

Une partie avec les parents

Une expérience qui a plu à Ophélie (8 ans et demi) et Angélique (9 ans et demi). «Au départ, on se demandait un peu comment on allait faire pour créer un jeu, disent les fillettes. Finalement, c’était assez facile en fonctionnant étape par étape. Les idées sont venues de notre imagination au fur et à mesure. Le plus compliqué était d’écrire toutes ces questions. Surtout pour le code de la route, où c’était dur de connaître toutes les réponses. La décoration du plateau a été le travail le plus chouette. Maintenant que le jeu est fini, nous sommes très contentes et fières. On va peut-être le vendre au monde entier…

Pour clore cette belle semaine d’une jolie manière, la toute première partie du «Monopoly Frégate» a réuni les inventeurs et leurs familles.

Après avoir lu les différentes règles, les enfants auront sans doute été soulagés de voir que le jeu se déroulait sans accroc. Du côté de La Frégate, on peut aussi se montrer satisfait du résultat de cette toute première expérience de création d’un jeu.

«Avec Pascal, un ancien animateur d’ici, nous avions déjà l’idée de faire ça lors des vacances de Carnaval. Par manque de temps, nous l’avons déplacé à cet été, explique Alexis Maus. Chez nous, beaucoup d’enfants demandent souvent pour jouer à l’un ou l’autre jeu de société. Un jour, nous nous sommes alors demandés s’il n’était pas possible de créer notre propre jeu. C’est ainsi que le projet a été lancé

  • Source: lavenir
  • Maxence DESUTTER