La Frégate crée son petit restaurant

Arnaud Smars

Chaque année, la maison de jeunes «La Frégate» accueille 250 jeunes pour ces différents stages d’été. Cette semaine, deux étaient mis à l’honneur : la cuisine et la création musicale.

Pour le premier, ils sont treize enfants, de 7 à 12 ans, à s’affairer en cuisine depuis lundi aux côtés des animateurs Patricia et Alexis. Il faut dire que le travail ne manque pas car en une semaine, ils accueilleront deux fois trente convives dans leur petit restaurant. «Nous avons tout créé de nos mains, explique l’animatrice. C’est un stage complet car nous leur apprenons à cuisiner mais aussi à servir les personnes, à confectionner des sets, à présenter une table correctement…»

Chaque jour, de 10hà 16 h, les cuistots en herbe prennent place derrière les fourneaux. « Ils sont séparés en deux groupes. Pendant que l’un cuisine, l’autre prépare tous les à-côtés puis nous inversons», continue Patricia. Afin d’accueillir au mieux leurs convives, les petits n’hésitent pas à mettre les petits plats dans les grands : «Nous essayons au maximum que ce soit eux qui préparent les mets. Il y a juste lors du découpage de la viande que j’ai repris la main».

Ce mercredi, l’ambiance était euphorique dans la cuisine. Il faut dire que dans quelques minutes, les enfants allaient faire goûter leurs plats à trente personnes : «Le menu du jour est marocain. En entrée, il y aura des briouates de viande ensuite un couscous royal et pour finir des cornes de gazelle et des croissants à la pistache comme dessert».

Pour les jeunes cuisiniers, c’est une fierté de présenter leurs créations à leurs proches : «Je suis contente que ma maman goûte ce que j’ai préparé car je ne fais jamais la cuisine chez moi, précise en rigolant Emma. Le stage est vraiment chouette. On retrouve des amis, on s’amuse beaucoup! Mais, on apprend aussi des choses comme la cuisson de la viande. Par exemple, je ne savais pas que l’on mangeait du mouton».

À quelques pas de là, sa maman attend impatiemment de goûter les mets du jour : «Quand j’ai su que les enfants allaient préparer le repas, je me suis tout de suite inscrite. C’est une grande fierté de voir les bambins travailler comme des adultes. Puis, on se fait plaisir parce qu’on vient manger en famille».

Vendredi, les petits chefs enverront leur convive en Asie avec un menu composé d’une soupe au crabe, de porc aigre-douce et de poulet au curry et de beignets à la fleur d’oranger et à la noix de coco. Malheureusement, toutes les places du petit restaurant de la Frégate ont déjà trouvé preneur.

Capitaine d’éducation…

  • Source: proximag
  • Fabrice Mestdagh

Pourtant, ce grand écart professionnel n’a pas effrayé Frédéric Admont, le capitaine de la MJ La Frégate depuis 16 ans…

Respect, humour et abnégation pourraient être les pierres angulaires du projet de MJ La Frégate. À tout le moins ceux posés par Frédéric Admont depuis son arrivée aux «affaires». » Lorsque je me suis retrouvé dans ces gigantesques locaux, c’était, au propre comme au figuré, un fameux sac de clés. J’ai passé plus d’une soirée à chercher quelle clé fermait quel local. Je devais aussi faire office de concierge et ainsi éviter que des gamins restent enfermés dans les bâtiments.» La 1re année du projet attira une soixantaine de jeunes du quartier du Nouveau-Monde à la Frégate.

Aujourd’hui, ils sont près de 300.» C’était un fameux chantier, au départ. Il y avait de la place, mais peu de projets et encore moins d’ateliers.

Aujourd’hui, ce sont les ateliers qui créent les locaux. Mon armoire regorge de projets. L’équipe éducative s’est elle aussi développée pour atteindre 5 équivalents temps plein. Mon rôle aussi a changé. Moins d’éducation, plus de coordination mais toujours autant d’échanges et de respect dans l’échange. Les jeunes m’apportent beaucoup et j’essaie de leur apporter mon expérience, ma façon de voir les choses, de construire un complément d’éducation. Et même si le quartier et les conjonctures ne sont pas évidents, je suis fier de voir que la majorité d’entre eux parviennent à s’en sortir.» À côté de cela, Fred veut se donner plus de temps pour sa famille, sa peinture, ses amis et le sport. D’autres fameux défis en perspective…

PID_$359927$_33ae65f2-9aba-11e2-9a2d-850cbc91b662_original[1]

Nouveau capitaine à bord

  • Source: lavenir
  • B.H.

Davy Willaume à embarquer à La Frégate à 12 ans. Fidèle à la Maison de jeunes, il a pourtant été contraint de quitter temporairement la structure pour cause de déménagement. Finalement de retour dans la cité des Hurlus, à 25 ans, il revient, cette fois, pour faire partie de l’équipage! Une première pour ce jeune ouvrier qui cumule l’animation à son job chez «Abriso» à Anzegem…

Après deux semaines de stage, l’expérience est-elle à oublier ou réitérer ?

Ce sont les animateurs en place qui m’ont proposé de prendre un groupe en charge. Je n’avais ni l’idée, ni l’expérience pour me lancer. J’appréhendais : va-t-on me respecter ? Quelle crédibilité auprès des jeunes ? Au final, j’en titre un bilan positif. Donc à refaire, certainement !

Ce n’est pourtant pas ta formation de base…

Du tout. Je suis ouvrier depuis deux ans pour la société Abriso nv (NDLR active dans le domaine de l’emballage et des matériaux d’isolation pour le bâtiment). Je ne dispose pas de brevet d’animateur. Autodidacte, c’est l’expérience qui me permet de gérer les situations de conflits et les fortes têtes… Durant ces vacances, j’ai cumulé mes horaires d’équipes et l’animation de groupe. Des journées bien chargées…

Tes talents artistiques ont été mis en avant pour le projet ?

Avec les jeunes, nous réalisons les fresques qui occuperont le mur de la cour intérieure. J’apprécie beaucoup le dessin. J’ai déjà reproduit de nombreux modèles chez des particuliers pour décorer la chambre d’enfant. Une passion que j’apprends aujourd’hui à partager.

 

PID_$365476$_fb7e783c-a4cf-11e2-b013-2c72aa4d3473_original[1]

1re du collectif musical de la Frégate

  • Source: lavenir
  • Louis BRENNET

C’est une belle affluence qui a eu lieu samedi soir dans la maison de jeunes du Nouveau-Monde, «La Frégate». L’évènement qui s’y déroulait était un concert. Rien de plus normal dans une maison de jeunes dira-t-on. Pas tant que ça apparemment car les animateurs de la MJ ont décidé de relancer ce pôle dans leur quartier. Pour ce faire, un comité s’est mis en place : «Le Comité Musical est constitué des personnes qui répètent à la Frégate, précise Élaine Deroose, animatrice dans le centre de jeunes. L’objectif est qu’ils organisent des évènements musicaux ou en lien avec la musique dans la MJ».

PID_$308167$_b503c060-927d-11e2-b149-075fbd76ed33_original[1]

Rappelons que la Frégate offre la possibilité de répéter aux groupes en mettant à disposition des locaux mais possède également un studio d’enregistrement et des ingénieurs du son. «Cependant, il n’y avait pas une logique participative qui est essentielle dans une MJ, certains répètent et puis c’est tout. Le but du collectif est surtout de faire s’impliquer les gens».

Trois groupes sinon rien !

Trois groupes habillaient donc l’affiche de samedi soir. Le premier, Henry CAT, est un groupe constitué de jeunes de la MJ qui fait justement partie du collectif musical : Jimmy, Sulivan et Fred. Les trois gaillards se présentaient pour la première fois sur scène sous ce nom et en ont étonné plus d’un : «C’est vraiment une bonne surprise» s’exclame Hélaine Deroose. Il faut avouer qu’en réalité, les musiciens n’en sont pas à leur coup d’essai. Ils ont déjà un passif musical.

C’est ensuite The Claminches qui a repris la scène. «C’est un groupe d’amis des membres du collectif musical» explique toujours Élaine Deroose. Les trois musiciens et la chanteuse ont offert des reprises ainsi que quelques-unes de leurs «compos» au style très rock. Enfin, c’est Sony D, que certains ont peut-être déjà vu, qui assuré la clôture de l’affiche. «Elle a participé à la finale du concours «Jeunes talents» organisé par la Frégate, rappelle l’animatrice. Elle s’est également produite à la Ruche et lors du Hurlu Glide Rock l’an dernier». Seule sur la scène, la chanteuse sait assurer une ambiance musicale complète grâce à la technique des boucles – ou loop – qu’elle utilise à bon escient.

Une autre agréable surprise pour l’organisation était l’affluence à la soirée : «Entre 100 et 150 personnes, calcule Elaine Deroose. Soni D a déjà un petit public et il y a également les amis et la famille des deux autres groupes qui se sont déplacés».

Un bon départ pour ce collectif musical qui n’en restera bien entendu pas là : «ils organiseront certainement une fête des voisins en mai, histoire de s’excuser auprès des gens du quartier de leur casser les oreilles, blague l’animatrice de la MJ. On aimerait organiser quatre ou cinq événements par an»

 

http://www.lavenir.net/article/detail.aspx?articleid=DMF20130326_00287730

 

Les jeunes, tous des CRACS ?

  • l’avenir.net
    B. H.

«Dans notre secteur, pour les professionnels et pour les jeunes, être des Citoyens Responsables, Actifs, Critiques et Solidaires, peut paraître d’une banalité déconcertante. Malgré cela, on ne peut pas se laisser dire qu’un déclic vient tout seul, qu’un jour comme cela, par enchantement on devient un CRACS . »

C’est en ces quelques mots que La Frégate introduit sa mise à projets du plan quadriennal 2013-2016.

Si l’ASBL propose diverses animations de loisirs au quotidien, elle souhaite également«redessiner le vivre ensemble ».

Gommer un esprit de consommation

«D’octobre à décembre 2012, nous avons mis en place une méthodologie spécifique pour associer des jeunes, ainsi que les animateurs de la Maison de jeunes, à l’élaboration du contenu de ce dossier, en veillant à déléguer aux jeunes des responsabilités, leur permettant de collaborer à la conception et l’évaluation des actions de la Frégate, pour qu’ils puissent se sentir acteurs et participants », précise Frédéric Admont, coordinateur de la maison de jeunes.

«Il y a cette volonté de gommer un esprit de consommation, de ne pas uniquement proposer des «one shot » sur différents stages. Notre objectif : valoriser et impliquer les jeunes tant dans la conception du projet que dans l’animation de groupes », poursuit Fred.

Si le projet n’en est qu’à ses débuts, de gros travaux sont d’ores et déjà en perspective. En effet, l’ASBL travaille depuis septembre sur un dossier qui envisage la modification de l’accueil, l’aménagement du grenier en salle de spectacle et studio (avec scène, bar, loges, etc), la cour en terrain multisports avec revêtement spécial… Les jeunes ont déjà rencontré les pompiers et architectes de la ville (6/12/2012). Un renouveau que l’on est impatient de découvrir…

B. H.

 

 

La Frégate ASBL – Rue du Nouveau-Monde, 178B à Mouscron. Infos ; 056 333 907 ou www.mjlafregate.be

Stage « Tout est permis » !

Spécial + 12 ans ! Attention, seulement 8 places, inscrivez-vous vite ! 

Ce stage sera consacré à la préparation d’une soirée d’animation inspirée du jeu télévisé « Vendredi, tout est permis ». Pour réaliser celle-ci, tout au long de la semaine, les jeunes préparerons décors, playlist et organiserons la soirée de A à Z. 

Seront invités à cette soirée, où tout sera permis, parents et jeunes qui le souhaitent. 

Prix : 1 euro ainsi que la carte de membre de 7.50euros valable une année, si vous ne l’avez pas déjà  😉

Inscriptions : 056/33.39.07 ou alexis@mjlafregate.be

Marché de Noël à La Frégate

MOUSCRON – Trois ateliers de la maison de jeunes «La Frégate» ont proposé leurs créations et productions en leurs locaux, lors d’un marché de Noël maison. Les enfants ayant participé au stage «Plaisir d’Hiver» durant les vacances de Noël ont animé un stand avec leurs réalisations déco et un autre avec des produits gourmands (biscuits et autres).

Le bénéfice de leur vente ira à la caisse du camp nature des vacances de Pâques, auquel la plupart d’entre eux participeront. Un autre stand réunissait les jeunes de l’atelier «Vers le vert», qui se déroule tous les lundis (jardin, meubles ne carton). On y proposait du jus de pommes bio, pressé par leurs soins.

L’atelier «Cœur Pluri-elles» est destiné aux femmes, et se réunit une fois par mois pour des activités créatrices. Elles ont décidé de proposer à leur étal de nombreuses pâtisseries d’origines diverses.

¦ M-N.D.

Coup dur pour le « Hurlus Glide Rock »

Sur le parking Centre de la rue du Christ, à l’écart de la foule présente à la Grand-Place et ses alentours, la Maison de jeunes «La Frégate» organisait la quatrième édition de son festival «Hurlus Glide Rock». Au programme : deux jours de musique, des artistes aux styles différents et des univers décalés.

Deux scènes plutôt qu’une

Cette année, deux scènes avaient été installées pour permettre au public de ne jamais se retrouver «à court de musique». Elaine Deroose, animatrice à «La Frégate», explique : «Le fait de disposer de deux scènes nous permet d’enchaîner plus facilement entre les groupes. Nous pouvons installer et démonter le matériel pendant qu’un autre artiste se produit. »

Autre nouveauté, le festival n’a pas accueilli de groupe de la Maison de jeunes lors de cette édition. Elaine apporte quelques précisions : «D’habitude, nous aimons que les groupes de La Frégate montent sur scène. Cette année, c’est différent car nos membres ne sont pas prêts à assurer un show entier. Il serait difficile de devoir changer après chaque phase de jeu. Nous nous sommes donc tournés vers l’extérieur en privilégiant tout de même des groupes de la région ».

Bagarres à coups de couteau

L’objectif de la Maison de jeunes, grâce à ce week-end, est de sortir de la tranche d’âge des 12 – 26 ans. Avec un festival gratuit, où l’ambiance rock se mélange à la soul-funk ou encore à des groupes plus éclectiques, «La Frégate» disposait des moyens nécessaires pour assurer deux jours de musique de nature à satisfaire le grand public.

Malheureusement pour les organisateurs, artistes et bénévoles qui avaient mis leur motivation au service de ce projet, la soirée de samedi a été fortement perturbée suite à une altercation avec bagarres à coups de poing et de couteau…

Les organisateurs confient : «La police est intervenue rapidement. Les échauffourées ont encore duré lorsque les agents étaient sur place. Heureusement, il n’y a pas de blessé. Mais nous avons tout de même pris la décision d’annuler le deuxième jour du festival afin de garantir la sécurité des spectateurs. Nous nous en excusons auprès de tous : artistes, bénévoles et public. »

La décision prise par «La Frégate» met évidence le sérieux de la Maison de jeunes et son sens des responsabilités, avec son souhait de maintenir avant tout la bonne ambiance à laquelle son public est habitué.

Les organisateurs ajoutent d’ailleurs : «La situation est triste. Nous nous sommes tous beaucoup investis dans ce week-end. Mais nous nous rattraperons. Nous trouverons une solution pour rebondir sur ce malheureux événement. »

Et indirectement ainsi battre en brèche la bêtise de certaines personnes.

  • Source: lavenir
  • Mickaël MATHIS

Le train-train au quotidien pour la Frégate

Chaque été, depuis cinq ans maintenant, les responsables de la maison de jeunes La Frégate insèrent la «Semaine train-train» dans leur programme. Un concept original qui permet de rallier divers lieux d’excursion en utilisant le transport sur rails. «Cette semaine est accessible pour les enfants entre 7 et 12 ans, précise Fred Admont, coordinateur de La Frégate. Chaque année, nous essayons de diversifier les destinations pour permettre à ceux qui reviennent de ne pas se lasser. De jour en jour, nous voulons aussi varier entre des endroits plus culturels et d’autres plus dédiés aux loisirs

Pour ce cinquième volet de l’opération, qui s’est déroulée la semaine dernière, une délégation de 58 enfants et un encadrement de 8 adultes se sont retrouvés tous les matins sur le quai de la gare de Mouscron.

Le premier jour, le train les a d’abord emmenés vers le Bois des Rêves, un domaine provincial proche d’Ottignies. Place ensuite à une journée du côté de Jungle City, à Tournai, ou encore à une visite du Musée des Sciences Naturelles de Bruxelles. Jeudi, ce n’est pas le train, mais bien le métro que la délégation a pris en direction du zoo de Lille. L’après-midi étant ensuite consacrée à une séance cinéma. Enfin, vendredi, la «Semaine train-train» s’est clôturée à la côte, avec les attractions de Boudewijn Park, à Bruges.

Moins cher et stressant

Au lancement du projet, le train a été choisi par La Frégate avant tout pour une raison économique. «On pourrait partir en bus, mais je pense que cela reviendrait plus cher, détaille Fred Admont. Avec le train, nous pouvons prendre différents tickets, comme des key card, qui nous offrent des réductions. L’objectif est que chaque déplacement de la semaine revienne en moyenne à une dizaine d’euros par enfants.»

S’il offre un avantage financier, le train procure aussi une certaine nervosité aux organisateurs. «Il est vrai que c’est parfois stressant, admet Fred. Nous devons de temps à autre changer de train au milieu du parcours et il faut alors veiller, en plus de se dépêcher, à ne perdre personne. Pour limiter les risques, nous divisons le grand groupe en sept plus petits. Cela permet un comptage plus facile. Les enfants portent aussi, autour du cou, une carte de couleur qui reprend quelques renseignements. L’inconvénient du train est de parfois devoir faire face à un certain retard

La formule semble en tout cas plaire aux enfants qui y participent. D’année en année, les mêmes têtes reviennent. «Outre des foyers qui nous confient leurs jeunes, nous emmenons aussi des enfants habitués à l’univers de La Frégate. D’autres ne nous rejoignent que pour cette semaine d’excursions

 

  • Source: lavenir
  • Maxence DESUTTER

Un jeu de société made in Frégate

«Monopoly Frégate», c’est ainsi que les enfants, qui ont participé au stage «Crée ton jeu», ont choisi de nommer le jeu de société qu’ils ont inventé. Un jeu qui, comme son appellation l’indique, s’inspire d’un célèbre plateau où l’on réalise des opérations immobilières…

«L’objectif est d’acquérir le quartier du Nouveau-Monde et de bien gérer son argent, précise Alexis Maus, animateur à la Frégate. Pour ce faire, le premier jour, nous sommes partis en reportage photo afin de trouver les commerces et bâtiments qui allaient garnir notre jeu. Les photos ont ensuite été collées sur des boîtes, que les joueurs reçoivent à l’achat de tel ou tel endroit

On y retrouve aussi une base de Jeu de l’oie et de la culture générale, avec diverses questions. «Elles portent à la fois sur le quartier, sur la Frégate ou sur le code de la route, détaille Alexis.Pour obtenir les réponses, les enfants se sont servis de leurs observations, se sont renseignés auprès du personnel de la maison de jeunes et ont suivi une journée prévention routière.»

L’animateur insiste aussi sur le fait que ce sont vraiment les enfants qui ont orienté l’issue finale du projet. «Ils ont tout fait de a à z. Du plateau de jeu aux questions, en passant par les règles ou le choix du nom. Au départ, nous avons pris les différentes idées via une sorte de brainstorming et tout a été voté ensuite

Une partie avec les parents

Une expérience qui a plu à Ophélie (8 ans et demi) et Angélique (9 ans et demi). «Au départ, on se demandait un peu comment on allait faire pour créer un jeu, disent les fillettes. Finalement, c’était assez facile en fonctionnant étape par étape. Les idées sont venues de notre imagination au fur et à mesure. Le plus compliqué était d’écrire toutes ces questions. Surtout pour le code de la route, où c’était dur de connaître toutes les réponses. La décoration du plateau a été le travail le plus chouette. Maintenant que le jeu est fini, nous sommes très contentes et fières. On va peut-être le vendre au monde entier…

Pour clore cette belle semaine d’une jolie manière, la toute première partie du «Monopoly Frégate» a réuni les inventeurs et leurs familles.

Après avoir lu les différentes règles, les enfants auront sans doute été soulagés de voir que le jeu se déroulait sans accroc. Du côté de La Frégate, on peut aussi se montrer satisfait du résultat de cette toute première expérience de création d’un jeu.

«Avec Pascal, un ancien animateur d’ici, nous avions déjà l’idée de faire ça lors des vacances de Carnaval. Par manque de temps, nous l’avons déplacé à cet été, explique Alexis Maus. Chez nous, beaucoup d’enfants demandent souvent pour jouer à l’un ou l’autre jeu de société. Un jour, nous nous sommes alors demandés s’il n’était pas possible de créer notre propre jeu. C’est ainsi que le projet a été lancé

  • Source: lavenir
  • Maxence DESUTTER

Joyeux Noël au Nouveau-monde

MOUSCRON –  Ce vendredi 16 décembre, de 18 à 20 h, le quartier du Nouveau-Monde vivra à l’heure de son marché de Noël. Le rendez-vous est fixé en la salle paroissiale, rue du Nouveau-Monde, où artisans et autres associations locales (Estrella, Terre Nouvelle, le Déclic…) présenteront leurs produits originaux. Les clowns en herbe de l’atelier « art de la rue » de la MJ « La Frégate » proposeront quant à eux des animations originales tandis que les plus petits auront également le loisir de se faire grimer…

Le père Noël sera bien évidemment l’invité d’honneur de ce début de soirée. Les enfants pourront poser en sa compagnie pour une photo souvenir (1 €) vendue au profit de l’ASBL Estrella.

Enfin, afin de décorer le sapin, chaque personne est invitée à y accrocher une boule ou autre décoration personnalisée, en échange de quoi, il recevra une coquille de Noël. Entrée gratuite.

http://www.lavenir.net/article/detail.aspx?articleid=DMF20111216_00094667&postcode=7700

Une formation régisseur à La Frégate

S’il est quelque chose qui est commun à la plupart des Maisons de Jeunes, c’est bien entendu la musique. Que ce soit les ateliers guitare, batterie, percu’ proposés ou des stages avec des techniques plus particulières organisés. Cependant, les MJ programment également bien souvent des concerts dans leurs locaux. Pour ce faire, ces dernières disposent généralement du matériel nécessaire et font appel à des personnes-ressources.

Mais le mot d’ordre dans ce genre d’institution est la participation des jeunes. C’est dans cette idée que la Frégate a mis sur place la semaine dernière un stage pour apprendre à s’occuper d’une régie. Vaste programme.

Fred Admont, coordinateur de La Frégate explique le principe du stage : « il s’agit donc bien sûr d’apprendre à gérer une régie, mais l’idée est également de réaliser des échanges avec les autres Maisons de Jeunes de la région dans le futur. Que ce soit des jeunes qui viennent assurer la sono ailleurs, mais également des échanges des groupes de musique. Le principe est donc d’apprendre, d’apporter et d’échanger ». Au total, le stage a attiré huit participants venus des Centres de jeunes de Comines, Tournai, Frasnes et Mouscron. À la Frégate ce sont les responsables du Studio Gaw Recording qui assuraient la formation. Gaëtan Vandamme explique : « On a commencé par les bases pour assurer une sonorisation de concert : comment installer une console de mixage et les branchements, etc. Ensuite on a travaillé sur l’acuité auditive, c’est-à-dire le sens auditif, le « savoir écouter ». Au niveau du matériel, on a présenté les différents types de micro et comment bien choisir une sono pour éviter les pièges ».

Bien entendu, les participants sont ensuite passés aux travaux pratiques : « Concrètement chacun a dû monter et démonter une sono, faire les branchements des câbles jusqu’à la console, etc. ». Vendredi soir, un concert était organisé et ce sont bien entendu les participants qui ont assuré la sonorisation.

« Naturellement, ce n’est pas en quelques jours que l’on devient régisseur, précise Gaëtan Vandamme. On leur a appris les notions de base et l’idée est qu’ils puissent alléger le travail fastidieux de l’ingénieur du son ; on leur a appris ce qu’il faut faire et surtout ce qu’il ne faut pas faire ».

La Frégate espère pouvoir assurer un suivi de cette formation. Le 19 novembre, un concert sera organisé avec Turtoize et Rockin’ & Drinckin’ Guys ; deux jeunes de la Maison de Jeunes Carpe Diem à Comines assureront la sonorisation.

Merci à vous…

article Nord éclair

Mouscron rafle tous les Picards 2010!

Mouscron rafle tous les Picards 2010!

Bravo aux Picards 2010, tous Mouscronnois! (B.L.)

Édition exceptionnelle pour les Mouscronnois! Les Picards 2010, toutes catégories, ont été décrochés par des Mouscronnois: Fanny Lecluyse, Fabian le Castel, Patrick Declerck (Decomo), la maison de jeunes La Frégate et Jonathan Breyne

Rédaction en ligne

Publié le 27/01 à 21h57

Animée par un Stéphane Pauwels aussi trublion en maître de cérémonie qu’en commentateur sportif, la soirée de remise des Picards 2010 a sacré, ce jeudi soir au centre Staquet, uniquement des Mouscronnois. Preuve qu’ils sont prophètes en leur pays puisque ce sont les votes du public qui ont favorisé les habitants de la cité des Hurlus.

>Dans la catégorie Culture, le jeune Fabian le Castel, aux imitations exceptionnelles, a décroché les faveurs du public et a ravi les spectateurs du centre Staquet d’un florilège de ses meilleures imitations.

>Dans la catégorie Economie, c’est la société Decomo de Patrick Declerck qui a été sacrée, récompensant par là l’immense travail d’une société qui se démarquera aux JO de Londres en assumant la construction d’un bloc de six appartements dans le village olympique.

>Dans la catégorie Société, c’est La Frégate qui a été plébiscitée par vos votes, saluant ainsi le travail quotidien accompli par des animateurs dynamiques et enthousiastes, mais aussi le succès du concours des Jeunes Talents, organisé chaque année par la maison de jeunes.

>Dans la catégorie Sports, c’est le coureur cycliste Jonathan Breyne qui a remporté le Picard. Il vient de signer un contrat professionnel alors qu’il est âgé d’à peine 20 ans…

>Enfin, dans la catégorie Juniors (moins de 18 ans), c’est Fanny Lecluyse, la nageuse mouscronnoise, qui a remporté les suffrages. À tel point d’ailleurs qu’elle décroche même le Super Picard, remis à celui ou celle qui recueille le plus de voix, toutes catégories confondues.

Infos, photos et réactions ce vendredi dans Nord Eclair.

La Frégate fait tout un cinéma

MOUSCRON – Un ciné-débat pour les ados et adultes et un ciné-kids pour les plus jeunes, voilà ce que proposera la Maison de jeunes dès septembre.

http://www.lavenir.net/

À la re ntrée, la Maison de jeunes « La Frégate » proposera des séances de projection de films. Ce sera pour les petits et les grands, une fois par mois !

Tout d’abord un ciné-débat, le vendredi à 19 heures, à destination des adolescents, des jeunes adultes et des adultes. Ils pourront découvrir un film et la projection sera suivie d’une discussion-débat animée par un intervenant expert, sur le thème du film. Prix d’entrée : 5 ? avec bar et petite restauration.

Ensuite, un ciné-kids, le dimanche à 14h30. L’équipe présentera un film ou un film d’animation, pour tous publics et particulièrement les enfants. Prix d’entrée : 3? avec possibilité d’un goûter à 2 ?. Les enfants doivent être accompagnés d’un adulte.

Au ciné-débat et…

Le 17 septembre à 19 heures : Million Dollar Baby, débat : l’euthanasie.

Le 8 octobre à 19 heures : La journée de la jupe, débat : « Violences en milieu scolaire.

Le 5 novembre à 19 heures : Amen, débat : position de l’église lors du génocide.

Le 3 décembre à 19 heures : On connaît la chanson suivi d’un blind test, quiz musical.

…et au ciné-kids

Le 19 septembre à 14 h 30 : Là-haut.

Le 10 octobre à 14 h 30 : Numéro 9.

Le 7 novembre à 14 h 30 : La famille Suricate.

Le 5 décembre à 14 h 30 : Le drôle de Noël de Monsieur Scrooge.

Presse – « Cracra » contre « propropre »… – lavenir.net


source: lavenir.net

MOUSCRON – Les participants au stage « découverte du clown » sont montés sur scène pour présenter leur spectacle drôle, sur un thème sérieux.

Durant une semaine, 15 enfants âgés de 7 à 12 ans se sont initiés à l’art de faire rire lors de jeux de mime en tout genre. Ils étaient « coachés » par Pascal Delahousse, animateur socioculturel à la Maison de Jeunes et par Frédéric Admont, coordinateur de cette même Maison. Ces deux joyeux lurons, à partir du thème de la machine « magique », ont travaillé plus particulièrement l’aspect scénique. Et : « C’était dynamique ! »

« Les enfants étaient hypermotivés », indique Pascal, « On a vu une progression dans le mime, dans le jeu de scène. Ils s’écoutaient, écoutaient leur environnement » ajoute l’animateur ravi par la prestation des stagiaires.

Patricia Claus, également animatrice à La Frégate a, pour sa part, guidé les gamins dans la confection de leurs costumes, réalisés avec des vêtements reçus par l’Estrella, ainsi que dans la réalisation du décor.

Le moins qu’on puisse dire, c’est que les apparats des comédiens en herbe étaient plus que réussis quand on sait que certains spectateurs ont eu du mal à reconnaître leur enfant ou petit-enfant…

« J’ai adoré faire les déguisements » s’exclame Anaïs Louy, stagiaire de 11 ans . « J’ai appris à faire le clown mais aussi qu’il faut savoir rigoler et pas toujours tout prendre au sérieux ». Durant leur petit spectacle, les pitres divisés en « cracra » et « propropre » ont fait rire le public par leurs farces malgré le sujet sérieux du spectacle qui était celui du recyclage des bouteilles en plastique.

Au final, les jeunes au nez rouge étaient fières d’être montés sur les planches le temps de quelques clowneries !

Terminons en signalant qu’il reste des places pour certains stages en août. P.S.

La Frégate 056 333 907 www.mjlafregate.be

Ils ont été presque parfaits – Nord Eclair

Article du Nord-éclair

Samedi 8 mai 2010

Mouscron concours

Les élèves de l’Athénée Royal ont été les premiers à passer sur le grill et ils ont assuré

Dans le cadre de son projet “ l’Appel des Sens ”, Ludovic Keirsbilck professeur à l’Athénée Royal, a eu l’idée géniale, pour sensibiliser les jeunes contre la mal bouffe, d’organiser un concours de cuisine inter-écoles pour leur apprendre à faire à manger équilibré et pour pas cher.

Cindy, Vincent, Yassir ou encore Dylan ont entre 17 et 19 ans et vont certainement continuer leurs études une fois leur diplôme secondaire en poche. Ceux qui ont déjà koté peuvent en témoigner: par manque de temps, d’argent ou de talent culinaire, la manière la plus simple de se nourrir ce sont les fast-foods, pizzas et autres plats préparés. Pour la santé, ce n’est pas vraiment recommandé. “ C’est pour ça que j’ai eu cette idée de créer un concours entre les écoles pour voir s’ils avaient bien retenu ce qui avait été dit lors des séances d’informations organisées par la maison de la santé. Malheureusement, seuls trois établissements ont répondu à l’appel ”, explique Ludovic Keirsbilck. C’est ainsi que des élèves de 6e secondaire de l’Athénée Royal, l’Institut des Frères Maristes et de l’ICET vont s’affronter derrière les fourneaux pour offrir le menu étudiant le moins cher et le plus équilibré. “ Les étudiants qui kotent doivent souvent faire attention à leur argent et n’ont pas forcément le temps de préparer leur popote. Ici, on va leur montrer que pour moins de 3€, il est possible de réaliser un menu digne de ce nom et facile à faire. Tout est une question de gestion. ”

Un peu à la manière de l’émission “ Un dîner presque parfait ”, les jeunes ont composé leur propre menu qui sera jugé et approuvé par les diététiciennes de la Maison de la Santé. “ Ils seront jugés sur le respect du budget, l’équilibre de leur repas et sur la qualité des produits choisis ”, précise Ludovic. Bon OK le concept ressemble à celui de la télévision, mais on ne pousse pas la critique à l’extrême. “ On ne va pas les pénaliser pour le choix de la couleur de la nappe ou pour la présentation, ce n’est pas vraiment notre objectif. ” L’équipe gagnante recevra des bons d’achats pour équiper leur kot.

Ca chauffe en cuisine

La première équipe à passer sur le grill, ce sont les élèves de l’Athénée. Dans la cuisine de la maison de jeunes “ La Frégate ”, ils n’ont pas perdu une minute. C’est qu’ils avaient 1h30 et pas une minute de plus pour réaliser une entrée et un plat. De quoi leur mettre un peu la pression.

Au programme du jour, une soupe de courgettes avec une pointe de Boursin -pas très diététique, mais c’est super bon- en entrée et pour le plat de résistance: “ On a voulu faire simple et original. D’un commun accord, nous avons opté pour un wrap de poulet avec une sauce au miel relevée avec de la moutarde. À tout ceci, on a ajouté de la salade, des morceaux de tomate et d’ananas. Cela ressemble à un Kebab, mais c’est clairement plus sain et plus savoureux”, souligne Vincent De Cloet, 19 ans. Pour Sophie Baelen, une des diététiciennes de la maison de la santé, ce menu tient la route. “ C’est sain mais ils auraient peut-être dû faire attention à employer des légumes de saison. Au niveau du prix, c’est également limite, mais ils ont vraiment bien retenu nos consignes. ”

Lors de la préparation du repas, les jeunes ont assuré. Et dire que pour la majeure partie d’entre eux, c’était une grande première. Que ce soit pour émincer les oignons, découper les ananas, cuire la viande ou encore faire la vaisselle, ils ont fait ça comme des chefs… coq! Même les garçons se sont laissés prendre au jeu.

Désormais, c’est aux autres participants de prouver qu’on peut faire mieux pour décrocher le titre du meilleur “ Kot’Repas presque parfait. ”

C’est une équipe de choc qui a relevé le défi de concocter un menu de qualité pour moins de 3€. j.k

Du muguet pour « La Frégate »

Le Courrier de Mouscron

Pour contribuer au financement de certaines de ces activités d’été, les jeunes animeront des stands de vente de muguet à Mouscron,

– le vendredi 30 avril de 16 h à 19 h, à la Frégate au 178b de la rue du Nouveau-Monde. Possibilité de commander avant le 27 avril et ainsi de se faire livrer à domicile (dans le quartier du Nouveau-Monde uniquement).

– le samedi 1er mai, à partir de 8 h, sur les marchés, aux puces devant la gare ainsi que sur la Grand-Place.

056 333 907, contact@mjlafregate.be

http://wwww.mjlafregate.be « 80 à l’heure ! » « 80 à l’heure ! », c’est deux heures trente d’émission en direct sur RQC (95.FM) chaque mardi de 19 h 30 à 22 heures.

Quand « La Frégate » s’amuse…

 « La Frégate » organise des activités en permanence. Les stages proposés durant les congés scolaires prolongent et concrétisent le travail de l’année.

 
Le Courrier de Mouscron

Trois ateliers se sont déroulés durant ces vacances de Pâques, sur les thèmes du rap, du cinéma et de la peinture.

1. « Collectif Frégate » composé de Matthias, Pierre, Mickaël, Enzo, Gilles. L’objectif était ni plus ni moins d’enregistrer un rap !

C’est un premier essai pour ce groupe de jeunes, dont l’idée mûrissait depuis quelques temps. Ils ont donc écrit le texte et c’est dans le studio Gaw RCordings (situé au 1er étage de la Frégate) qu’ils ont concrétisé leur projet. Ce rap sera diffusé sur le site de la Frégate http ://mjlafregate.be 2. « Stop motion » : c’était le troisième stage pour cet atelier et premier en coordination avec La Prairie.

« Stop Motion » c’est tous les jeudis avec Pierre, animateur qui a été rejoint par Pierre de La Prairie et Fred, coordinateur à la Frégate. Ils ont réalisé avec Théo (13 ans), Jean-louis (15 ans), Victor (14 ans), un court film d’animation.

L’objectif était la découverte du cinéma, avec des objets du quotidien, ici principalement avec des jouets (pâte à modeler, robots,…) ramenés par les enfants.

La création était de mise et les trois jeunes très motivés. Image par image, ils ont créé leur film : une journée de travail pour quelques secondes de projection.

3. Un atelier créatif a été proposé aux enfants de 7 à 12 ans. Des habitués des lieux et quelques nouveaux, soit dix-sept enfants, encadrés par Patricia et Pascal, ont pris part aux activités.

Élise, Clémence, Benjamin et les autres ont aimé les techniques de peinture, la création de mobiles colorés et sont très fiers de leurs créations exposées lors de la dernière journée.

Les parents sont venus pour un goûter/expo sur l’herbe, partagé avec les artistes du jour.M-N. DEL.

La Frégate 178b rue du Nouveau Monde 056 333 907 contact@mjlafregate.be

Un carnaval qui fait « boom »

article provenant d’Actu24

La maison de jeunes « La Frégate » invite tous les enfants à venir organiser une boom durant les vacances de carnaval.

Henri GHEKIERE
Le  Courrier de Mouscron

Durant les v acances de carnaval, « La Frégate » propose des ateliers créatifs pour les enfants de 3 à 6 ans et ceux de 7 à 12 ans. Ces activités sont prévues chaque année, mais cette fois-ci, une boum sera organisée à la fin de la semaine.

Ce sont les jeunes et les animateurs qui s’occuperont des préparatifs. Les tout petits pourront suivre des animations de psychomotricité. Les plus grands cuisineront des biscuits et des gâteaux qui seront dévorés le jour de la fête.

Et tous confectionneront ensemble des cartes et des invitations qu’ils distribueront à leurs amis et leur famille afin qu’il y ait le plus de monde possible le vendredi, car plus on est de fous, plus on rit. Ils créeront aussi leur masque : il n’y a pas de carnaval sans déguisement.

Le stage se déroule du 15 au 19 février, de 10h à 12h pour les 3-6, et de 13h30 à 16h pour les 7-12. L’inscription pour la semaine est de 15€. Il faut être membre de la MJ pour participer aux activités, la carte coûte 7,5€. La boum, elle, est prévue le vendredi 19 février, de 14h à 17h. Une participation de 2€ est demandée pour le goûter. Les enfants et les parents sont les bienvenus, n’hésitez pas, sortez vos costumes ! Maison de Jeunes « La Frégate », 178b rue du Nouveau Monde 056 333 907, http://mjlafregate.be

Le vent souffle dans la bonne direction pour « la Frégate »

   

  

La MJ fait peau neuve en modifiant complètement ses locaux. Malgré le chantier, les jeunes sont toujours les bienvenus.  

Henri GHEKIERE   

Fré déric Admont, coordinateur de la Maison de Jeunes « la Frégate » est soulagé : « Ca faisait longtemps que l’on attendait une transformation des installations.  

Nos locaux commençaient tout doucement à devenir trop vieillots par rapport au potentiel qu’ils possèdent. Malgré la taille imposante du bâtiment, on se sentait à l’étroit, l’aménagement de l’accueil (NDLR : l’espace principale où tout le monde se retrouve) a été totalement revu » .  

Les derniers travaux datent de novembre 2006, mais ils concernaient uniquement l’aménagement de la salle Arthur Haulot.  

Destruction, reconstruction…  

Le chantier a débuté le 11 janvier. En seulement trois jours, tout le mobilier du rez-de-chaussée a été monté au grenier pour permettre aux ouvriers de travailler.  

L’architecte n’a pas hésité à supprimer des murs et condamner des portes afin d’obtenir un espace plus ouvert et donc plus accueillant. Une cheminée a été entièrement démolie pour faire place au bar, la salle des animateurs s’est délocalisée de quelques mètres, et même les toilettes ont changé de place. Ces modifications permettront une organisation plus pratique et plus agréable des lieux.  

…et décoration ? 

Une fois les travaux terminés, il faudra redonner des couleurs aux murs afin de retrouver une ambiance jeune et dynamique. Les membres de « la Frégate » ont eu l’idée de peindre les locaux avec les jeunes dans le cadre du projet « été solidaire ». Cette action permet aux plus de quinze ans de travailler durant dix jours et d’être rémunérés.  

Tous les ateliers maintenus  

Même si les conditions ne sont pas les meilleures pour accueillir le public en ce moment, toutes les activités et ateliers prévus n’ont pas été déprogrammés. Ils se passent dans l’autre partie du bâtiment ou à l’étage. « C’est sûr qu’il y a un peu moins de jeunes actuellement. Si on avait choisi de fermer l’accès, la reprise aurait été plus difficile », rapporte Frédéric Admont.  

Les ouvriers lèveront l’ancre vers la fin du mois de mars, « la Frégate » pourra inviter les enfants et adolescents à monter à bord pour découvrir les transformations qui auront été faites.  

Encore des projets plein la tête

D’autres travaux se feront peut-être un jour dans le grenier pour en faire une salle de concerts et des locaux destinés aux ateliers.

Les animateurs aimeraient que le « relooking » de la Maison de Jeunes ne s’arrête pas tout de suite. Aucun dossier n’est encore rentré, mais l’envie d’aménager le grenier se fait de plus en plus grande.

Dans l’hypothèse où il serait utilisé, une partie se transformerait en salle de concerts et spectacles, où les membres de « la Frégate » pourraient se produire. La seconde partie du grenier serait découpée en plusieurs espaces pour les ateliers. Pour l’instant, ils sont organisés au rez-de-chaussée, dans des locaux qui deviennent trop petits.

« La toiture a été entièrement refaite, tout est isolé, la chape de béton est coulée, il ne faut plus grand-chose pour pouvoir se servir du grenier », commente Frédéric Admont.

Malgré cela, il manque encore une installation électrique, du chauffage, un revêtement pour le sol… beaucoup d’éléments qui au final empêchent de profiter de l’espace gigantesque qu’offre le sommet du bâtiment.

Promouvoir les artistes Il y a déjà deux ans, la Maison de Jeunes a créé un studio d’enregistrement pour les musiciens de la ville de Mouscron. Pour les animateurs,« c’est important de promouvoir les artistes locaux. Nous cherchons sans cesse à améliorer les conditions d’enregistrement, même si elles sont déjà très bonnes actuellement » .

Très peu de studios de ce type existent dans la région, « la Frégate » répond donc à une réelle demande.

Les prix pratiqués défient toute concurrence, c’est ce que veut la MJ : rendre le plus accessible possible les activités qu’elle propose.

H.G. – Le Courrier Publié le 5 février 2010 à 06:00

%d blogueurs aiment cette page :